01 43 62 22 24 / 06 61 71 73 92

secretariat-rouxel@outlook.f

Planification 3D préopératoire des prothèses de hanche

La prothèse totale de hanche (PTH) a été élue, par certains, invention du siècle dernier compte tenu de ses bons résultats.

Les débuts ont été pourtant plutôt difficiles dans les années 1930 avec des échecs fréquents et des taux de survie ridicules.
Actuellement il s’agit d’une intervention généralement couronnée de succès et les implants posés sont désormais fiables.

En revanche, la façon de les poser est encore perfectible et demeure source de complications avec des séquelles définitives possibles, une insatisfaction, une possibilité de ré intervention (descellement, douleur, luxation, usure), une possibilité de poursuites médico-légales en cas d’inégalité de longueur de membres chez des patients opérés qui ont changé : ils sont plus jeunes, plus exigeants, plus lourds et veulent une prothèse oubliée qui leur permettra de refaire du sport.

Concernant la conception des implants (qui dépend de l’industriel), on peut affirmer que les problèmes sont actuellement résolus avec l’utilisation de prothèse sans ciment et des couples de frottement dur/dur,céramique/céramique.

Cela permet une pérennité et une reproductibilité des résultats sans les risques classiques du descellement ou de l’usure de la prothèse.

Concernant la qualité de la pose (qui dépend du chirurgien), l’impératif actuel est de restituer une biomécanique correcte permettant une articulation stable (pas de luxation), des mobilités complètes et une absence de conflit avec les structures environnantes (tendons, muscles, os et composants prothétiques).

On conçoit donc qu’il faille adapter la chirurgie à chaque anatomie.

Pour se faire, il est de bon ton de prévoir l’intervention c’est à dire d’envisager une planification qui, classiquement, s’effectue à partir de radiographies en 2D mais qui peut également se faire en 3D à partir d’un scanner ou d’une IRM préopératoire.

Le Docteur Rouxel planifie toutes les hanches de cette façon depuis plus de dix ans, ce qui permet :

D’optimiser la stabilité et la longueur des membres inférieurs

Surtout de dépister les cas difficiles

De sécuriser le geste et de le rendre plus rapide, en augmentant sa reproductibilité (choix et positionnement idéaux des implants).

D’éliminer les erreurs grossières de pose en rapport avec des anatomies particulières non décelées par les méthodes traditionnelles.

D’avoir des données objectives avant chaque procédure et ainsi d’être serein au Bloc opératoire, sans nécessité de prendre des arbitrages en cas d’imprévu dans la précipitation…

De faciliter la rééducation postopératoire, avec à la clef un séjour hospitalier écourté et un travail de kinésithérapie ultérieur plus valorisant pour les deux acteurs concernés.

D’espérer une hanche « oubliée », qui survive au temps…chez un patient dont les caractéristiques anatomiques et biomécaniques auront été restituées le mieux possible (en l’informant néanmoins du risque plus important d’usure en cas de pratique sportive intensive).

D’optimiser les résultats fonctionnels et la satisfaction de patients toujours plus sportifs et/ou exigeants, sans logistique lourde et de façon désormais routinière.

 

Exemple d’un rapport de planification :

Conclusion

La planification 3D préopératoire des prothèses de hanche constitue une réelle avancée. Grâce à cette méthode, on peut :

Reproduire l’architecture de la hanche (longueur, offset, rotation)

Sécuriser la pose de la prothèse en prévoyant auparavant la taille des implants

Anticiper les difficultés peropératoires afin d’éviter une instabilité, une fausse route, une fracture…

Cela permet aussi de dépister les rares cas avant l’intervention ou l’utilisation d’une prothèse standard ne sera pas judicieuse compte tenu de l’anatomie particulière du patient.

Le Docteur Rouxel est particulièrement sensibilisé à cette problématique puisqu’il planifie depuis plus de dix ans toutes ses prothèses de hanche en 3D au scanner afin d’optimiser la longueur et le compromis biomécanique.
Il en a résulté une satisfaction accrue et une absence totale de luxation de prothèse depuis plus de dix ans. Cette méthode permet de poser les limites de l’implantation d’une prothèse standard et de prévoir si nécessaire une prothèse sur mesure (anatomie particulière, taille hors norme).

Poser une question au Docteur Yves Rouxel