01 43 62 22 24 / 06 61 71 73 92

secretariat-rouxel@outlook.f

Anatomie et fonctionnement

Articulation profonde, portante et très congruente (emboitée), la hanche est entourée de muscles puissants expliquant l’absence de problèmes d’instabilité. Par contre, la pathologie dégénérative (l’usure) y est fréquente, soit primitive (sans cause évidente), soit secondaire un vice architectural (congénital ou acquis).

L’extrémité supérieure du fémur se termine par le col du fémur puis la tête fémorale qui a quasiment la forme d’une sphère. Elle est recouverte d’une couche de cartilage parfaitement lisse et glissant, de 3 mm d’épaisseur environ. En face, une cavité un peu moins hémisphérique dans le bassin forme le cotyle ou acétabulum, également doublée de cartilage de 3 mm d’épaisseur environ. Cette cavité est entourée du labrum ou bourrelet, facteur supplémentaire de stabilisation de l’articulation (comme pour l’épaule).

De forts ligaments manchonnant complètement l’articulation : c’est la “capsule” articulaire. Cette capsule est tapissée lâchement mais en continu, à l’intérieur par une délicate doublure : la synoviale. Enfin, la vascularisation est fragile car de type “terminale”, sans réseau de suppléance (comme le coeur).

La radio d’une hanche “vierge” montre donc un “espace” ou “interligne” représentant le cartilage qui est radio-transparent, épais de 5 à 6 mm et bien régulier sur tout son pourtour.

Parfois, ce cartilage disparait : c’est l’arthrose de hanche ou coxarthrose.

Parfois, le cartilage est encore là mais c’est l’anatomie de la hanche qui est modifiée (formes du col du fémur/forme du cotyle) : c’est la dysplasie.

Poser une question au Docteur Yves Rouxel