01 43 62 22 24 / 06 61 71 73 92

secretariat-rouxel@outlook.f

Reprise de prothèse de genou

La chirurgie orthopédique, et en particulier la chirurgie des prothèses de genou, est une chirurgie fonctionnelle avec, comme objectif, l’amélioration de la condition du patient et de ce fait, sa satisfaction.

La prothèse totale de genou a été développée dans cet objectif mais est malheureusement pourvoyeuse de complications qui sont toujours vécues de manière douloureuse par le patient mais aussi par le chirurgien même si les deux parties ont bien conscientes des risques et ce dès la première consultation….

Il peut donc arriver qu’un patient porteur d’une prothèse de genou puisse être un candidat pour une chirurgie de reprise (le plus souvent un changement partiel ou total de la prothèse) ou parfois pour un geste complémentaire afin d’améliorer le fonctionnement de la prothèse.

Ce type de chirurgie est devenu malheureusement de plus en plus fréquent compte tenu de l’explosion du nombre de prothèses de première intention qui sont posées car celles-ci permettent d’améliorer la douleur et la fonction des genoux défaillants avec un taux de satisfaction de l’ordre de 90 à 95%.

En effet, il faut le savoir, on assiste actuellement à une augmentation exponentielle des prothèses de genou posées et donc, de façon inévitable, à une progression également très importante des reprises chirurgicales… Les prévisions sont même inquiétants comptes tenus du vieillissement de la population et plusieurs auteurs, notamment américains comme Kurtz et Amstutz, ont projeté une augmentation de plus de 600% des prothèses totales de genou de première intention dans les années à venir et entre 2 et 400% de reprises chirurgicales (environ une prothèse sur dix), ce qui a pu leur faire dire qu’il va bientôt falloir « importer » des chirurgiens pour répondre à cette demande…

Si on exclut les reprises pour infection, les causes les plus fréquentes sont le descellement (la fixation de la prothèse par du ciment chirurgicale ne tient plus), l’usure, la raideur, les douleurs persistantes et l’instabilité de cette prothèse par défaillance ligamentaire ou mauvais fonctionnement de la rotule.

Viennent ensuite les ruptures d’implants puis les fractures du tibia et du fémur autour de la prothèse.

Globalement, cette chirurgie de reprise se solde par un résultat satisfaisant sur le plan de la douleur mais inférieur sur le plan des mobilités avec un taux de ré intervention ultérieur qui varie de 8 à 20% dans la littérature.
Lors de la reprise chirurgicale, on change souvent de type de prothèse en augmentant la contrainte avec l’apparition progressive de prothèses postéro-stabilisées puis de prothèses à charnière rotatoire dont le résultat clinique est plus aléatoire.

Il s’agit d’une chirurgie spécialisée, adaptée à chaque situation.

Il faut être minutieux en préopératoire et prendre en compte la qualité des ligaments, la quantité d’os perdue, la raideur initiale pour décider de la validité de l’indication proposée et de ses modalités techniques (type de la voie d’abord utilisée et type de la prothèse mise en place).

C’est par ailleurs une chirurgie qui peut réserver des surprises, nécessitant la présence de plusieurs types de prothèses en salle d’opération, s’avérer longue, hémorragique et exigeante pour le patient et les professionnels de santé avec des suites post-opératoires compliquées (nécessité d’un centre de rééducation).

En tout état de cause, cette chirurgie reste cruciale pour redonner une fonction au genou et permettre la verticalisation du patient dont le membre défectueux ne permettra plus la marche en dehors d’une solution chirurgicale.

Le Docteur Yves Rouxel a orienté sa pratique prothétique du genou dans deux directions :

L’utilisation, d’une part, importante de prothèses uni-compartimentaires pour éviter le taux de reprises incompressible des prothèses totales de genou de première intention,

La pratique de la chirurgie de reprise des prothèses totales de genou depuis une vingtaine d’années, initialement à l’hôpital en service spécialisé après infection et nécessité de reconstruction et actuellement en cas de défaillance mécanique de prothèse totale de genou qui lui sont confiées.

Poser une question au Docteur Yves Rouxel