01 43 62 22 24 / 06 61 71 73 92

secretariat-rouxel@outlook.f

Chirurgie ambulatoire

Si à la suite de votre consultation, vous décidez de vous faire opérer, mon secrétariat au 01 43 62 22 24 ou au 06 61 71 73 92, organisera votre intervention, que ce soit à la Clinique des Lilas ou à Paris à la Clinique de l’Alma.

Mon assistante fixera avec vous votre date opératoire et vous donnera un rendez-vous de consultation avec le médecin anesthésiste. Ce rendez-vous doit avoir lieu au minimum 48 heures avant l’intervention (sauf urgences). Dans la mesure du possible, il ne faut pas dépasser un délai d’un mois. Notez qu’il est possible d’organiser plusieurs rendez-vous le même jour (radiologue, anesthésiste, chirurgien).

A LA CLINIQUE PARIS-LILAS :

Je travaille avec le Dr Laurent AMAR le mardi (sa consultation a lieu le lundi après-midi) (cf Anesthésie).

Votre hospitalisation aura lieu à la Clinique des Lilas (établissement accrédité), au 41/43 avenue du Maréchal Juin 93260 Les lilas (Métro Mairie des Lilas).

A la clinique de l’Alma :

J’opère le jeudi avec les Dr Arnaud FORGEOT et Arnaud FOLLIN (anesthésistes) que vous verrez en consultation auparavant mais vous pouvez également être vu par un de leurs collègues en fonction des disponibilités (Rdv en ligne possible via l’interface de la clinique Doctolib.fr, consultations à 50 m de la Clinique au 160 bis rue de l’Université)

Votre hospitalisation aura lieu à la Clinique de l’Alma (établissement certifié V 2010), au 166 rue de l’Université 75007 PARIS (Métro Latour-Maubourg).

Deux types d’hospitalisation sont possibles :

Hospitalisation en ambulatoire de la Clinique (entrée le matin, sortie le soir avec un accompagnant)

Hospitalisation classique avec entrée à la Clinique la veille vers 16 heures, intervention chirurgicale le lendemain, suivie d’un ou plusieurs jours d’hospitalisation.

Qu’est-ce que la chirurgie ambulatoire ?

C’est un mode de prise en charge innovant permettant de raccourcir la durée d’hospitalisation pour une intervention chirurgicale à une seule journée. Le patient rentre le matin à l’hôpital, il se fait opérer et peut donc rentrer chez lui le soir même. La durée de séjour est de quelques heures à moins de 12 heures. Aujourd’hui en France, 50% des opérations sont pratiquées en ambulatoire et ce chiffre est en progression constante.

Prérequis :

Il faut disposer d’un téléphone chez soi pour être joignable

Il faut être capable de comprendre et d’appliquer les consignes pour les soins post-opératoires

Il faut être raccompagné(e) le soir même de l’intervention

Il ne faut pas rester seul(e) chez soi la première nuit suite à l’anesthésie générale

Avantages :

Diminution des risques de nausées/vomissements, d’infection nosocomiale, de phlébite post-opératoire et de confusion chez les personnes âgées

Anticipation des besoins et bonne préparation/information des patients

Meilleure récupération

La chirurgie ambulatoire en Orthopédie privilégie la chirurgie mini-invasive (arthroscopie, ligaments croisés) même si avec le développement des techniques médicales des interventions de plus en plus complexes peuvent aussi être réalisées en hospitalisation ambulatoire (jusqu’à la prothèse de hanche !).

Le choix d’une intervention en ambulatoire revient avant tout au corps médical en concertation avec le patient. Son état, son environnement familial pèsent dans la balance. Le chirurgien peut refuser cette option en cas de diabète mal équilibré, d’un manque d’autonomie ou si la personne ne peut pas être raccompagnée par un proche à la suite de l’intervention.

L’ambulatoire n’a rien d’une intervention low cost ! Au contraire, cela exige une meilleure organisation des équipes médicales pour assurer la récupération rapide du patient. Bien entendu, le geste chirurgical et les règles de sécurité sont les mêmes que ceux d’une chirurgie conventionnelle. L’autorisation de sortie n’est confirmée que si la douleur et le risque hémorragique sont maîtrisés. À défaut, il faudra passer une nuit à l’hôpital, en surveillance.

Par ailleurs, on exige davantage d’implication du patient que lors d’une hospitalisation conventionnelle. On lui demande de se doucher à la Bétadine et, si besoin, de prendre des médicaments à la maison. Une fois rentré chez lui, il doit aussi participer à la surveillance de son état général et surveiller certains signes (douleurs, saignements, etc.) qui pourraient exiger de revenir à la Clinique. Mais il n’est pas seul : dès le lendemain de l’intervention, une infirmière appelle pour s’assurer que tout va bien. Et l’équipe médicale reste joignable 24 heures/24 !

Le jour de l’intervention :

Vous allez être hospitalisé en ambulatoire : une heure d’arrivée précise a été fixée par « l’appel de la veille » N’oubliez pas de rapporter les éventuels produits demandés (attelle, cannes anglaises, crème dépilatoire, chaussettes de contention, etc…) et surtout vos derniers documents d’imagerie (radios, scanner, IRM etc…). Respectez bien les consignes concernant les précautions d’hygiène (cf préparation cutanée).

L’infirmière peut vous communiquer une heure approximative de passage au bloc opératoire.
Il faut savoir que cette heure est très aléatoire en fonction de l’ordre de passage des patients et de certaines contraintes techniques.
Vous devez savoir que le programme opératoire est fait la veille au soir en fonction de nombreux impératifs Lorsque l’infirmière vous préviendra, vous serez conduit au bloc opératoire.

Pour se faire, un brancardier viendra vous chercher dans votre chambre et vous installera sur un chariot destiné aux allées et venues dans l’ascenseur à moins que vous soyez conduit directement dans une salle d’attente jouxtant le bloc opératoire (procédure « Patient debout 2020 »).
Vous serez alors conduit en salle de pré-anesthésie où vous rencontrerez le médecin anesthésiste et différents personnels (agent hospitalier, aide-soignante, infirmière, brancardier, manipulateur radio).

Ne soyez pas étonné de l’animation qui règne au bloc opératoire, il s’agit d’un endroit très actif, géré par une surveillante « de choc »… !
Les conversations y sont souvent animées. N’en prenez pas ombrage. Cela se rencontre dans tous les blocs opératoires. Le but est la recherche de l’efficacité.

Tout ceci se traduit par des allées et venues incessantes, du bruit et parfois une sensation de froid que ressentent souvent les patients (tenue légère, stress).
Tout sera fait néanmoins pour votre confort. N’hésitez pas à parler et à exprimer vos souhaits ou vos craintes Vous serez ensuite conduit en salle d’induction anesthésique. Le médecin anesthésique y réalisera votre anesthésie comme prévue lors de la consultation.

Une fois que celle-ci vous sera installée, vous serez ensuite conduit en salle d’intervention chirurgicale
Vous serez alors mis sur une table spéciale et, suivant les modalités opératoires, différentes installations sont possibles. Tout ceci prend du temps et ne doit pas augmenter votre anxiété.
Le but final est votre confort et le confort du chirurgien de manière à ce qu’il pratique son intervention dans la meilleure situation possible.

A la fin de l’intervention, vous serez réveillé et conduit en salle de réveil.
Vous y serez réchauffé, les constantes vitales seront surveillées et la douleur sera gérée par les infirmières anesthésistes qui vous prendrons en charge.
Une fois que votre séjour en salle de réveil sera jugé suffisant par le médecin anesthésiste, vous serez reconduit dans votre chambre où l’équipe médicale de l’étage prendra le relais.

A la suite de quoi une sortie sera envisageable dans les heures qui suivent si certains critères sont réunis J’espère que tout se passera bien et que vous serez satisfait du travail de toute l’équipe.

Poser une question au Docteur Yves Rouxel