01 43 62 22 24 / 06 61 71 73 92

secretariat-rouxel@outlook.f

Chirurgie conventionnelle

Qu’est-ce qu’une chirurgie conventionnelle ou hospitalisation « normale » ?

C’est une hospitalisation c’est-à-dire un séjour dans l’établissement de plus de 24 heures mais qui n’a plus rien à voir avec les hospitalisations « classiques » d’il y a encore quelques années….

Elle concerne tous les types de chirurgie, même celles pour lesquelles la prise en charge se fait généralement en ambulatoire, à la différence près que le patient n’est pas « éligible » à ce type de prise en charge, ou que l’intervention prévue est trop « lourde » pour envisager un séjour de moins de 24 heures : la prothèse de hanche en ambulatoire (Première en France en 2012…) reste quand même encore une exception !

Par contre les progrès chirurgicaux et médicaux réalisés ces dernières années permettent d’espérer des séjours plus courts et une meilleure récupération en privilégiant :

Les techniques de chirurgie arthroscopiques et mini-invasives, utilisant soit des caméras miniaturisées introduites par des incisions punctiformes soit des voies d’abord réduites à quelques centimètres sans aucune section des muscles.

Les techniques d’anesthésie modernes, combinant des anesthésiants optimisés, des techniques d’injection modernes utilisant le repérage sous échographie, sans paralysie motrice, complétées par des injections d’anesthésique local de la zone opérée réalisées par le chirurgien à la fin de sa procédure chirurgicale.

L’association à un mode de prise en charge innovant, la Récupération rapide après chirurgie (RRAC), parfois appelée Récupération améliorée après chirurgie, qui place le patient au centre de toutes les décisions et prises en charge médicales. Il vise à une récupération plus rapide des capacités fonctionnelles après une intervention chirurgicale orthopédique, avec comme objectif un retour plus rapide dans l’environnement familial et aux activités quotidiennes habituelles, et ce en toute sécurité. Ses principes reposent sur un schéma organisationnel performant impliquant une information, une préparation en amont du parcours de soins et une gestion efficace de la douleur en anticipant sa survenue.

Par ailleurs, on demande désormais davantage d’implication du patient qui devient acteur de sa récupération au fil des jours, grâce à une totale information qui peut d’ailleurs se faire en amont de l’intervention (« l’école des patients »).

Le jour de l’intervention :

Vous allez être hospitalisé : une heure d’arrivée précise a été fixée, que ce soit pour une hospitalisation la veille ou le jour même de l’intervention.

N’oubliez pas de rapporter les éventuels produits demandés (attelle, cannes anglaises, crème dépilatoire, chaussettes de contention, etc….) et surtout vos derniers documents d’imagerie (radios, scanner, IRM etc…) Respectez bien les consignes concernant les précautions d’hygiène (cf préparation cutanée).
L’infirmière peut vous communiquer une heure approximative de passage au bloc opératoire.

Il faut savoir que cette heure est très aléatoire en fonction de l’ordre de passage des patients et de certaines contraintes techniques.
Vous devez savoir que le programme opératoire est fait la veille au soir en fonction de nombreux impératifs Lorsque l’infirmière vous préviendra, vous serez conduit au bloc opératoire. Pour se faire, un brancardier viendra vous chercher dans votre chambre et vous installera sur un chariot destiné aux allées et venues dans l’ascenseur à moins que vous soyez conduit directement dans une salle d’attente jouxtant le bloc opératoire (procédure « Patient debout 2020 »).
Vous serez alors conduit en salle de pré-anesthésie où vous rencontrerez le médecin anesthésiste et différents personnels (agent hospitalier, aide-soignante, infirmière, brancardier, manipulateur radio).
Ne soyez pas étonné de l’animation qui règne au bloc opératoire, il s’agit d’un endroit très actif, géré par un surveillant ” de choc”.
Les conversations y sont souvent animées. N’en prenez pas ombrage. Cela se rencontre dans tous les blocs opératoires. Le but est la recherche de l’efficacité.
Tout ceci se traduit par des allées et venues incessantes, du bruit et parfois une sensation de froid que ressentent souvent les patients (tenue légère, stress).
Tout sera fait néanmoins pour votre confort. N’hésitez pas à parler et à exprimer vos souhaits ou vos craintes Vous serez ensuite conduit en salle d’induction anesthésique. Le médecin anesthésique y réalisera votre anesthésie comme prévue lors de la consultation.

Une fois que celle-ci vous sera installée, vous serez ensuite conduit en salle d’intervention chirurgicale.
Vous serez alors mis sur une table spéciale et, suivant les modalités opératoires, différentes installations sont possibles. Tout ceci prend du temps et ne doit pas augmenter votre anxiété.
Le but final est votre confort et le confort du chirurgien de manière à ce qu’il pratique son intervention dans la meilleure situation possible.

A la fin de l’intervention, vous serez réveillé et conduit en salle de réveil.
Vous y serez réchauffé, les constantes vitales seront surveillées et la douleur sera gérée par les infirmières anesthésistes qui vous prendrons en charge.
Une fois que votre séjour en salle de réveil sera jugé suffisant par le médecin anesthésiste, vous serez reconduit dans votre chambre où l’équipe médicale de l’étage prendra le relais.

A la suite de quoi une sortie sera envisagée dans les jours qui suivent (le lendemain, à J1, J2, etc…) si certains critères sont réunis et tous les objectifs atteints.
J’espère que tout se passera bien et que vous serez satisfait du travail de toute l’équipe.

Poser une question au Docteur Yves Rouxel